ساحة لدعم الأعمال الموجّهة لطلاب التاريخ /جامعة منتوري/ قسنطينة

تجدون في المنتدى وثائق تاريخية مهمة للباحثين ومن كان في حاجة الى وثائق او مصادر او مراجع عليه ان يشعرنا بذلك وان يسجل طلبه هنا في المنتدى
هامّ : لقد قمنا بإصلاح الخلل وأزلنا الحجب، تستطيعون الدخول بأمان، مرحبا بالجميع
أعزائي الطلبة/ يمكنكم الاطلاع على نتائجكم النهائية + بطاقة التقييم وتحميلها .... ماعليكم إلا الذهاب إلى صفحة النتائج أدناه
بحلول السنة الجديدة 2016 نتمنى لطلبتنا عاما سعيدا مليئا بالجدّ والنشاط ... تتحقق فيه طموحاتهم وتكلّل بالنجاح أعمالهم

    مدن الامبوريا الثلاث

    شاطر
    avatar
    Admin
    Admin

    المساهمات : 397
    تاريخ التسجيل : 18/11/2009

    مدن الامبوريا الثلاث

    مُساهمة من طرف Admin في الإثنين ديسمبر 14, 2009 10:12 pm

    مدن الامبوريا الثلاث
    اويا (طرابلس) صبراتة - لبتيس ماقنا

    OEA (Tripoli)

    Dans le courant du Ve siècle av. J.-C., les Phéniciens fondent la colonie de Macar Uiat d'où dérive le nom d'Oea donné par les Romains. la cité qui naquit à partir de ce comptoir n'eut pas la même importance que ses voisines Leptis et Sabratha. Son existence reste obscure jusqu'aux premiers temps de la conquête romaine. À l'époque d'Auguste, Oea reçut le privilège de « cité libre » et entre autres atout de pouvoir battre sa monnaie.

    Sa situation au carrefour des routes transsahariennes, ainsi que la culture des oliviers lui assurèrent cependant une prospérité certaine. Proclamée colonie sous les Antonins, Oea obtint le droit d'être considérée comme une ville romaine à part entière en même temps que Leptis et Sabratha.

    Son déclin commença au IVe siècle, avec l'invasion des Vandales.

    Située à l'ouest du port, la ville est dominée par un fort construit à l'emplacement d'anciens thermes romains. De la ville antique ne sont visibles aujourd'hui que l'arc de Marc Aurèle, une partie des remparts et quelques remplois de colonnes épars dans la médina. Érigé en 163 comme le démontre l'inscription dédicatoire (le titre Arméniaco, vainqueurs des Arméniens, n'est attribué qu'à Lucius Verus ; Marc Aurèle ne le portera qu'à partir de 164), cet arc tétrapyle fut construit « à ses propres frais » par Caïus Calpurnius Celsus, un riche magistrat d'Oea.Il est situé prés d'un temple consacré au Génie de la Colonie, qui lui est postérieur d'une vingtaines d'années.

    L'arc est en marbre grec, ce qui était déjà un luxe à Rome. Placé au carrefour d'avenues de largeur inégale, il obéit à un plan rectangulaire et possède donc deux façades mineures orientées nord-sud. Contrairement à l'édifice sévérien de Leptis, les arcades ne supportaient pas d'attique mais un dôme ou un kiosque à coupole couronné d'une statue, incertitude qui rend la restitution acdtuelle discutable. Cette superstructure abrite une coupole à caisson qui repose sur un tambour octogonal. De part et d'autre des voûtes, chacun des pylônes comporte une colonne supportant un retour d'entablement (notamment délicatesse remarquable des feuilles d'acanthe ciselées au pieds des fûts), et deux pilastres finement sculptés de rinceaux de vignes.

    Sur les façades majeures ornées de Victoires, dans les écoinçons, deux niches contenaient des sculptures de la famille impériale. Il ne reste plus qu'une seule de ces statues (visible au Musée de Tripoli). Chacune de ces niches étaient surmontée d'un médaillon figurant l'une des quatre saisons, rapprochement qui liait les forces victorieuses de l'Empire à celles de la nature. Les façades mineures présentaient un même décor de bas-reliefs qui n'est plus identifiable que du côté nord : des barbares captifs et des trophées que surplombent deux chars triomphaux, l'un monté par Minerve (en haut à droite), l'autre par Apollon (en haut à gauche). Les attelages sont tirés respectivement par des sphynx et des griffons ailés.

    Temple au Génie de la Colonie

    Son fonton et une partie de son entablement sont visibles au nord-ouest, à quelques dizaines de mètres de l'arc de Marc Aurèle. L'inscription rappelle que ce temple fut dédié en 183-184 par L. Aemilius Frontinus au Génie de la Colonie d'Oea. Le personnage central, avec son manteau drapé par-dessus une haute coiffure cylindrique, personnifie Tychè, la déesse de la Bonne Fortune. De part et d'autre, sont représentés Apollon et Minerve, les dieux protecteurs de la ville. Apollon tient une branche de laurier ; on reconnaît près du dieu le trépied delphique autour duquel est lové son rival terrassé, le serpent Python. Casquée, Minerve porte une lance et un bouclier. Près d'Apollon, l'un des Dioscures (les fils jumeaux de Jupiter et de Léda) retient son cheval. Son frère devait occuper l'autre angle du fronton.

    Leptis Magna ]
    Les sondages américains et italiens donnent de la ville une image d'un urbanisme anarchique, d'une parure monumentale modeste jusqu'à l'apparition, au début du Ie siècle av. J.-C., d'un quadrillage régulier dans la zone du forum.

    Leptis, qualifiée de Magna (la grande) pour la distinguer de Leptis Minus en Tunisie, voit son pouvoir administratif renforcé : municipe latin entre 74 et 77, elle devient colonie peu avant 110 sous le règne de Trajan (98-117). Ces promotions, sans doute accordées plus tard à Sabratha et Oea, offrent des avantages économiques mais imposent le devoir de se couler dans un moule « italien » : la cité abandonne la langue punique dans les proclamations et les actes officiels, et renonce à ses dernières particularités constitutionnelles héritées de Carthage. Un nouvel avantage, le droit italique, lui est accordé à titre excéptionnel vers 202 par l'empereur Septime Sévère (193-211), natif de Leptis.Ce privilège qui permet d'échapper à l'impôt foncier est aussi un honneur : le sol de la cité est reconnu égal à celui de l'Italie. En témoignage de leur gratitude, les Lepticiens ajoutent le nom de Septimia à leur ville, se proclament Septimiens et offrent à Rome une importante quantité d'huile d'olive.

    À Leptis, le descendant d'une vieille famille d'origine phénicienne, Annobal (ou Hannibal) Tapapius Rufus, assumant les plus hautes charges administratives et cultuelles, Rufus offre en premier lieu à ses concitoyens un marché en l'an 8 av.J.-C. Le type architectural choisi, avec ses halles circulaires, est d'origine italienne ; l'inscription sur la façade bilingue en latin et néo-punique, compris par le peuple. Le texte mêle le nom de Rufus, celui de l'empereur et la mention des prêtres de son culte.Quelques années plus tard, Annobal Rufus, dont la fortune devait être immense, inaugure en 1-2 ap.J.C., le somptueux théâtre offert aux habitants de Leptis. Il fait installer aux endroits les plus visibles, trois inscriptions à la gloire de l'empereur (il lui dédie le bâtiment) et à la sienne.Le texte bilingue emploie des formules typiquement carthaginoises : la décoration officielle d'« ornateur de sa patrie » et le titre de sufète, magistrat du rang le plus élevé dans les cités puniques. Deux mains liées et le qualificatif, venu aussi du punique, d'« amateur de la Concorde » soulignent ses efforts pour apaiser le parti de ceux qui ne souhaitaient toujours pas entrer dans le monde romain.

    Pour éviter les fraudes, des étalons, gravés puis vérifiés par l'administration, indiquent les mesures justes : coudée punique ; pied romain ; coudée alexandrine et leurs subdivisions.
    D'autres Lepticiens laissent des marques de leur évergétisme (générosité publique) : Iddibal Caphada Aemilius érige en 11-12 un marché appelé Chalcidicum en l'honneur de la Vénus de Chalcidique ; une aristocrate fait construire en 35-36 un temple à Cérès dans le théâtre. Ces éléments de bien être offerts par les notables de la vieille élite permettent à toute une société de se sentir partie prenante d'une prospérité générale, sans que pour autant soient reniées la culture ou les dieux puniques antérieurs.

    Pendant les dix-huit années du principat de Septime Sévère, de gigantesques travaux modifient la physionomie de Leptis, jusque-là rythmée par les mouvements du viex forum, par le théâtre ou les Thermes d'Hadrien. Le nouveau schéma urbain débute par le retournement du wadi Lebda et la construction sur son lit asséché d'une voie monumentale de 420 m de long cette composition est fermée au sud par un nymphée et au nord par le port, bordé de môles équipés de larges quais et de hangars.

    À côté de la voie triomphale, le forum, flanqué de la basilique, organise l'espace urbain.Avec le grand temple de la famille Sévère trônant à l'opposé de la basilique, le complexe est fondé sur le modèle des forums impériaux de Rome Rome antique. L'énorme place centrale de 6 000 mètres carrés luxueusement pavée de marbre est bordé d'un portique à deux étages reprenant le vocabulaire architectural de la voie monumentale. Les colonnes de cipolin vert y sipportent directement les arches, inaugurant un schéma inédit dans l'architecture romaine. Les espaces libres au-dessus sont rythmés par de saisissants médaillons de marbre représentant des têtes de Gorgones, symboles de la victoire impériale, et par quelques déités marines d'nterprétation plus délicate (Néréides, déesse syrienne Atargasis ou personnification du rocher Scylla[25].

    Chacune des villes de l'Empire possédait en annexe du forum une basilique, avec une grande place couverte, servant de protection contre les intempéries, de tribunal où se déroulaient des audiences publiques, le traitement des affaires ou y renir des réunions. La basilique sévérienne de Leptis comporte une triple nef de 92 m de long. À l'étage un couloir courait le long des murs offrant une tribune supplémentaire pour les spéctateurs lors des grands procès. L'espace sobrement décoré de quatre-vingt colonnes superposées en deux files, était fermé à chaque extrémités par des exèdres richement décorées. Les murs accueillant des statues, la rangée de connes ioniques en granit, l'ordre colossal corinthien dans l'axe de la nef, les pilastres de marbre ouvragés sur trois faces qui en marquent les ouvertures.Les pilastres de la basilique de Leptis, aux sculptures profondément creusées par le trépan, annoncent un style « baroquisant » qui connaîtra un grand succès hors d'Afrique.

    Sabratha
    Les fouilles britanniques et italiennes donnent une vision plus organisée de l'agglomération ordonnée autour d'une petite rade. La ville du IIe siècle av. J.-C. est déjà le centre important de plusieurs hectares et abrite une nécropole aux riches mausolées punico-hellénistiques. Les recherches y ont mis au jour de modestes stèles funéraires représentant le signe de Tanit dans un tophet (enclos sacré où l'on rendait des sacrifices à cette déesse et à son époux, Baal Hammon, couple divin des Carthaginois.
    avatar
    Admin
    Admin

    المساهمات : 397
    تاريخ التسجيل : 18/11/2009

    رد: مدن الامبوريا الثلاث

    مُساهمة من طرف Admin في الإثنين ديسمبر 14, 2009 10:22 pm

    خريطة الطرق التجارية البرية في شبه الجزيرة العربية


      الوقت/التاريخ الآن هو الأربعاء نوفمبر 22, 2017 1:04 pm