ساحة لدعم الأعمال الموجّهة لطلاب التاريخ /جامعة منتوري/ قسنطينة

تجدون في المنتدى وثائق تاريخية مهمة للباحثين ومن كان في حاجة الى وثائق او مصادر او مراجع عليه ان يشعرنا بذلك وان يسجل طلبه هنا في المنتدى
هامّ : لقد قمنا بإصلاح الخلل وأزلنا الحجب، تستطيعون الدخول بأمان، مرحبا بالجميع
أعزائي الطلبة/ يمكنكم الاطلاع على نتائجكم النهائية + بطاقة التقييم وتحميلها .... ماعليكم إلا الذهاب إلى صفحة النتائج أدناه
بحلول السنة الجديدة 2016 نتمنى لطلبتنا عاما سعيدا مليئا بالجدّ والنشاط ... تتحقق فيه طموحاتهم وتكلّل بالنجاح أعمالهم

    شعوب البحر

    شاطر
    avatar
    Admin
    Admin

    المساهمات : 397
    تاريخ التسجيل : 18/11/2009

    شعوب البحر

    مُساهمة من طرف Admin في الخميس نوفمبر 19, 2009 1:15 am

    Les peuples de la mer

    [size=18]PÉLASGES

    Vers 1200 avant J-C un vent de panique balaye les civilisations de la méditérrannée. Les "peuples de la mer", comme les appelle les égyptiens (Pélasges pour les grecs), envahissent et détruisent tout sur leur passage. De nombreuses villes de Crète, de Chypre et du proche-orient sont détruites. La grèce mycénienne, l'empire Hittite et de nombreuses principautés disparaissent également. Seul l'Égypte résistera grâce à ses vasseaux syriens qui ont pris le temps d'informer Ramsès III de la tactique de guerre de ces "barbares". Pour attaquer ces peuples arrivaient en masse par tous les fronts. Attaquant par la mer et dans le même temps par les terres.

    [/img]



    Ils sont mentionnés une première fois vers 1228 sous le règne du pharaon Mineptah et une seconde fois dans une inscription du temple funéraire de Medinet Habou, où le pharaon Ramsès III célèbre sa victoire sur les envahisseurs, une victoire décisive, qu'il a remportée à la fois sur terre et sur mer, vers 1190. On peut en déduire que ces envahisseurs déferlèrent ainsi en deux vagues à moins de quarante ans d'intervalle.

    url]




    Ils attaquèrent les hittites en provenant de l'Ouest et d'après leur poterie et leur armement il semblerait qu'ils aient vécus un long moment aux contacts des grecques. Ils seraient originaires d'Anatolie occidentale, des balkans, du sud de la russie, et pourraient avoir été poussés à trouver de nouveaux territoires suite à une période de perturbations climatiques. Ces peuples de la mer résulteraient de la coalition de diverses tribus pour la pluparts d'origines indo-européennes.






    LES TRIBUS ET LEURS IMPLANTATIONS

    img]http://skipp.perso.cegetel.net/etym/ie/pm/shardpel.jpg[/img]

    A gauche guerrier Shardana, à droite guerrier Peleset






    Les textes Égyptiens, Hittites et Ougarites permettent de distinguer plusieurs tribus:

    -Les Aqayawasha / Ahhiyawa ou encore Ouashasha qui donnérent les Achéens, furent contraints à quitter la grèce mycénienne, qu'ils avaient fondées, sous la poussée des peuples Doriens venus du nord. Un très vieux nom Akhaiwia désignait à l'époque mycénienne toute la Grèce. Certains rapprochent également l'ethnonyme Ouashasha du nom de la ville d'Assèssos en Ionie centrale. Les Ouashasha sont en tout cas un peuple de la famille indo-européenne Grec. Les annales hittites des XIVe et XIIIe siècles emploient une forme Ahhiyawa pour désigner ceux d'entre eux qui hantaient l'ouest et le sud de l'Asie Mineure. C'est eux qui combattirent contre la ville de troie. Il est probable que cette guerre entre achéens et troyens permis aux achéens d'acquérirent de nouveaux vassaux... les Troyens ou Touroushas autre peuple de la mer. Allié au Lybiens, ils combattirent contre le Pharaon Meneptah vers 1275 avant J-c.

    -Les Peleset / Poulasti, futurs Philistins. Vaincus par Ramsès III, ils s'établissent au sud du Levant dans un pays auquel ils donnent le nom de Palestine, mentionné pour la 1ere fois par les Assyrien vers 800 avt J-C sous la forme de Palastou. En conflit permanent avec les Hébreux, qui venaient également de se fixer en Judé, ils finiront par être assimilés et seront alors "sémitisés". L'étude de leur nom permet de laissé penser que les Peleset faisaient partis du groupe indo-européen de la Macro-famille italique. En effet le radical Palaist- est typique d'une région qui comprend Épire, Grèce et Thrace occidentale. Une inscription antique désigne des deae Palaestinae dans cette région. Le fleuve Styrmôn fut autrefois appelé Palaistinos. Ce radical n'étant pas grec, les spécialistes estiment qu'il doit être soit attribué aux Illyriens, soit attribué à une couche de population qui leur serait antérieur. D'autre part Le suffixe double -st-ino- se rencontre surtout à l'Ouest de la région mentionnée ci-dessus donc en Illyricum mais aussi en Italie du sud, en Sicile, en Istrie et en Vénétie.

    -Les Shakalousha/ Shikalayou , qui après s'être en partie fixés au levant, migreront avec les Phéniciens et finiront par se fixer en Sicile dont le nom est dérivé de Shikala. Les Shakalusha proviendraient vraisemblablement de la région de la ville de Sagalassos dans le sud-ouest de l'Anatolie.

    -Les Shardana/ Shirdana/ Sherden, furent mercenaires de l'Égypte en 1274 avant JC lors de la bataille de Qadesh qui vit les armées de Ramsès II et du roi hittite Muwatalli s'affronter. Plus tard, après les invasions des peuples de la mer, ils iront s'établir avec les phéniciens en Sardaigne, pays des Shardana. L'ethnonyme Shardana contient la racine 'Dana' que l'on retrouve également dans le nom des 'Denen/Danouna'. Sher/Shar/Shr pourrait signifier princes ou premiers. Les Sherdens seraient les "Premiers des Danounas". Les spécialistes situent leur région d'origine dans les balkans, ils pourraient être apparentés avec les Dardanii. D'ailleurs, les teucres dont les ancêtres tjekker faisaient partie des peuples de la mer, sont une tribu des Dardaniens.

    -Les Denen / Danouna qui fonderont le royaume d'Adana au nord du golfe d'Iskenderun et qui sont les Danaéens de l'Iliade. Danouna est probablement à rapprocher de la racine indo-européenne Dô qui signifie donner que l'on retrouve dans le nom de la déesse de la Terre Dana. Ce peuple devait être grec d'origine.

    -Les Tourousha qui ont fondés les états étrusques en se mélant au peuple issue de la culture Villa-nova. Pour Hérodote les étrusques viennent d'Anatolie et auraient émigrés en Italie sous la conduite de Tyrrhénos, peu avant la guerre de Troie. Pour les historiens, les peuples de la mer seraient originaires du sud de la russie. Or au Ier millénaire avant J-C vivait en Crimée les tribus 'Taures'. Tribus qui deviendront vasseaux des Scytes au IIeme siècle avant J-c. Le nom Tourousha/Taures peut-il être rapproché de Taron mot indo-européen en rapport avec le Tonnerre qui donna les noms de dieux Taranis chez les gaulois et le Donar/Thor chez les germains? A noter qu'un dieu important des étrusques, que l'on retrouve également chez les Hittites sous le même nom, était Tarchunt... Autre origine possible la racine Thrâ où on retrouve le verbe grec 'thrâssô' qui signifie 'troubler, agiter' et qui aboutit au nom de la région du sud-est de l'Europe, la Thrace, maintenant partagée entre la Grèce, la Bulgarie et la Turquie. Aux yeux des Grecs, les Thraces étaient des gens continuellement agités et turbulents. La Thrace n'a jamais constitué un véritable état organisé. les Grecs y recrutaient des mercenaires et des esclaves. Le préfixe 'Thrâ-' et alors associé au suffixe '-ix' que l'on retrouve dans Phoinix 'Phénicien' et Kilix 'Cilicien'. On peut également noter l'existence de noms de tribus celtes pouvant avoir la même origine étymologique comme les Turones, les Taurins et les Taurisques. On a également une chaîne du Taurus dans le sud de la turquie.

    -Les Louka ou Lukkas, qui donneront la Lycie. Les Hittites du IIe millénaire av. J.-C. mentionnent un peuple inconnu, sur le rebord ouest de leur empire, près de la mer Egée, appelés les Lukkas. Le dernier roi hittite fait chez eux une campagne militaire au cours de laquelle il se rend à Ptara, Amna, Tlawa, Winawanda. Ces noms de lieux correspondent à plusieurs villes lyciennes bien connues: Patara, Arnna (plus connue sous son nom grec: Xanthe), Tlos, Oinoanda. Les lukkas furent probablement vassaux des Hittites car en 1274 avant JC ils luttérent à leur côté à la bataille de Qadesh, bataille où les Hittites combattirent l'Égypte de Ramsès II et ses mercenaires Shardanes. Moins d'un siècle plus tard les lukkas et shardanes se retourneront contre leurs anciens maîtres. Des Lukkas, nous ne connaissons que leur nom, car les fouilles n'ont trouvé aucune trace matérielle de leur existence. On suppose que quelques-uns sont partis vers l'ouest puisque l'on retrouvera le même nom pour le dieu de l'orage, Tarchunt, chez les Hittites, chez les successeurs locaux des Lukkas et chez les Etrusques. Cinq cents ans plus tard, apparaît le peuple des Lyciens, dont le nom est certainement hérité de leurs lointains ancêtres du IIe millénaire. Selon Homère, les Lyciens furent alliés des Troyens pendant la fameuse guerre de Troie. Selon Hérodote, les Lyciens sont venus de Crète, menés par Sarpédon, et que dans leur propre langue ils se donnaient le nom de Termiles. Leurs tombes en forme de bateau renversé rappellerait ainsi leur origine d'outre-mer. L'étude de la langue lycienne montre que c'est une langue anatolienne, donc continentale, apparentée au hittite, langue dans laquelle le nom lycien se dit effectivement Trmmil. Certains ont rapprochés les Lukkas des peuples ligures. Leur nom peut être rapproché de la racine indo-européenne 'Leuco' qui signifie les brillants ou les fulgurants, de luk (blanc), qui donnera également son nom à la tribu gauloise des Leuques. A moins qu'on ne le rapproche de l'indo-européen WLKo, les loups, qui donna Luko chez les grecs, Lupus chez les latins, Volk chez les Slaves et Wolf chez les germains.

    -Les Tjekker, sont les ancêtres des Teucres. Ils prirent part à la bataille contre l'Égypte lors de la huitème année de régne de Ramsès III. Une chronique égyptienne parle d'une ville tjekker nommée Dor. Ils auraient vécus sur les côtes orientales d'Anatolie ce qui pourrait les rapprocher des troyens. Leurs casques à plumes semblables à ceux des hoplites grecs, leurs épées courtes et droites, leurs longues lances et leurs boucliers arrondis démontrent des influences culturelles grecs. Selon une légende grecque, les Troyens descendent du héros Teucer qui, parti de Crète, cherchait un lieu où s'établir. En réalité, les Troyens étaient peut-être des Louvites (ou Louites), originaires d'Anatolie et devenus les vassaux des Hittites. Des documents hittites mentionnent Taruisa que les spécialistes ont identifié comme étant Troie.

    -Les Libous, avant l'arrivée des Hyksos les égyptiens ne connaissaient qu'un type ethnique de Libou rencontrés dans les tribus des Tjéhénous et des Tjéméhou, à la peau brune et aux longs cheveux noirs. Après l'arrivée des peuples de la mer il semblerait que des Hyksos se soient implantés en Libye pour donner des libous 'blancs' que les égyptiens décrivent comme ayant le teint clair, la chevelure blonde et les yeux bleus. Plus tard, certains groupes des peuples de la mer pactisérent avec les libous pour attaquer l'Égypte. Certains se sont implantés en Libye. A noter que les descendants des chefs Mechouech, une tribu Libou, donna les pharaons des XXIIe et XXIIIe dynasties.


    Ramsès III put les arrêter de justesse. Pour les stabiliser, l'Égypte les laissa s'implanter pour certains à la frontière Est soit au sud du Levant, comme les Poulastis qui donnérent les Philistins (=Palestiniens), pour les autres à la frontière Ouest, ceux qui donneront les libous 'blancs'. Ils continuérent alors encore un temps et à petite échelle leur piraterie puis finiront par être assimilés par les peuples autochtones plus nombreux. Les égyptiens installérent donc les 'vaincus' capturés à ces frontières pour leurs servir de tampon contre d'autres menaces. Cette technique des régions tampons qui consiste à installer à ses frontières d'anciens ennemis vaincus se verra plus tard chez les romains qui installérent divers groupes germaniques à ses frontières, du nord de la gaule, les plus exposées.


    Navire des peuples de la mer
    Il semble que les Phéniciens, sémites, ont put bénéficier des connaissances en navigation des peuples de la mer et que le vide laissé par la disparition des grandes civilisations maritimes telles que celles des grecques Mycéniens, des Chypriotes et des Crétois, leur a laissé le loisir de se développer et de monopoliser le commerce maritime. D'autre part, l'Égypte qui exercait un fort pouvoir sur la région du levant à connu, suite aux invasions de ces peuples, un repliement qui laissa les phéniciens maîtres en leur pays. Alors seuls, ils purent essaimer dans tout le bassin méditérannéen.


    Implantations Phéniciennes (points marrons) et pélasges (en vert)




    DESCRIPTIONS

    Les guerriers Pélasges sont souvent représentés sur les bas-reliefs égyptiens avec un casque à aigrettes et à mentonnière ou un casque à cornes couvrant les oreilles. Ils portent des jupes coupées à la hauteur des genoux. Certains semblent porter une cuirasse probablement en cuir. Les égyptiens les décrivent comme étant assez grand. Ils ont chacun deux lances, un bouclier rond et parfois une longue épée. Ils véhiculent femmes et enfants sur de lourds chars à boeufs et à roues pleines.




    ODYSSÉE

    Homère parlent des 'Pélasges' dans son Odyssée. Leur ancêtre mythique serait 'Teutamos'. Où l'on reconnait la racine 'teuta-', attesté en illyrien, en osco-ombrien, en celtique, en germanique et en balte avec le sens de "peuple, communauté", que l'on retrouve dans le nom du dieu gaulois Teutatès, dans celui des Teutons, dans le mot breton dud,etc...

    "Hippothoos conduisait les tribus des Pélasges aux javelots furieux, ceux qui habitent Larissa la fertile, ceux à qui commandaient Hippothoos et Pylée rejeton d’Arès, tous deux fils du Pélasge Léthos, lui-même fils de Teutamos."
    Iliade, II, 840-843.




    UNE ORIGINE CONTROVERSÉE

    << Pour certains, les pélasges ne seraient pas provenus du nord de la Grèce pour plus tard s'implanter en divers endroits de la méditérranée. Ils seraient directement originaires de ces endroits... Les Shardanes et les Shakaloushas seraient liés à la culture nouragique. Les Touroushas seraient issus de la culture villa-nova qui plus tard donnera les étrusques. On retrouve en effet en sardaigne et en sicile une culture qui représentait des guerriers coiffés et armés d'épées courtes sur des menhirs.>>




    LE DISQUE DE PHAÏSTOS

    En Créte, le 3 juillet 1908, l'archéologue Luigi PERNIER découvre aux abords du palais de Phaïstos un étrange disque d'argile d'environ 16cm de diamètre. Ce disque est couvert de 45 signes différents, ces signes ne présentant aucune parenté entre les diverses écritures de la région qu'elles soient égyptiennes, hittites ou autres et on n'a à ce jour pas put traduire le texte qui s'y trouve. Ces 45 signes permettent d'émettre l'hypothèse d'une écriture syllabique. La traduction de ce disque sera ardu car on ne sait quel peuple l'a crée et on ne sait donc en quelle langue il a put être inscrit. Cet objet est également l'unique exemplaire de cette forme d'écriture. La datation présente également des problèmes puisque le disque a été découvert en un endroit où la stratigraphie était fortement perturbée, l'objet était associé à des tessons de poterie à la fois minoens et hellénistiques. Seul l'identification des signes permettent d'avancer une période allant de 1450 à 1200 avant J.C.


    Voici le signe n°2 , il représente un homme coiffé d'un cimier. Or certains des guerriers appartenant au groupe des Peuples de la mer représentés sur la paroi nord du temple funéraire de Ramsès III à Médinet-Habou sont coiffés de la même manière (voir ci-contre). Nombreux sont donc ceux qui ont associés le disque à ces peuples qui vécurent dans une zone proche des grecques et des hittites.





    A PROPOS DU TERME "PÉLASGE"

    Les grecs ont utilisés le terme "Pélasges" pour recouvrir deux réalités:
    - Les pélasges qui ont peuplés la Grèce avant que les indoeuropéens n'y débarquent et se mélent aux autochtones pour donner les grecs. Ces pélasges là pouvaient être apparentés aux minoens et/ou aux populations pré-IE d'Anatolie...
    - Les pélasges dans le sens de peuples de la mer... et là l'on n'a aucune unité culturelle mais bien plutôt une coalition de peuples variés et divers pour la plupart d'origines IE... mais pas tous (touroushas, libous).
    Les grecs faisaient bien la distinction... par contre nous avons tous tendance à les confondre.

    Le terme de Pélasge provient bien du grec et signifit: "Ceux de la mer". En famille avec le grec "Pelagos" qui désigne la surface de la mer. A rapproché du latin "planus" qui signifit "plat, uni". Ces termes proviennent de la racine IE: *pela, *pla qui désigne "ce qui est plat, étendu". Source: "Dictionnaire étymologique du français" de Jacqueline Picoche, aux éditions "Le Robert".

      الوقت/التاريخ الآن هو الأربعاء نوفمبر 22, 2017 1:03 pm