ساحة لدعم الأعمال الموجّهة لطلاب التاريخ /جامعة منتوري/ قسنطينة

تجدون في المنتدى وثائق تاريخية مهمة للباحثين ومن كان في حاجة الى وثائق او مصادر او مراجع عليه ان يشعرنا بذلك وان يسجل طلبه هنا في المنتدى
هامّ : لقد قمنا بإصلاح الخلل وأزلنا الحجب، تستطيعون الدخول بأمان، مرحبا بالجميع
أعزائي الطلبة/ يمكنكم الاطلاع على نتائجكم النهائية + بطاقة التقييم وتحميلها .... ماعليكم إلا الذهاب إلى صفحة النتائج أدناه
بحلول السنة الجديدة 2016 نتمنى لطلبتنا عاما سعيدا مليئا بالجدّ والنشاط ... تتحقق فيه طموحاتهم وتكلّل بالنجاح أعمالهم

    نظرة موجزة في تاريخ العمران

    شاطر
    avatar
    Admin
    Admin

    المساهمات : 397
    تاريخ التسجيل : 18/11/2009

    نظرة موجزة في تاريخ العمران

    مُساهمة من طرف Admin في الجمعة نوفمبر 16, 2012 12:36 pm



    Histoire de l’urbanisme

    1/Présentation
    Urbanisme, discipline de la géographie et de l’architecture dont l’objet est l’aménagement et l’organisation des villes et de leurs environs.
    Le terme « urbanisme » est une création récente : il est apparu dans la langue française au cours des années 1910 pour désigner un champ d’action pluridisciplinaire nouveau, né des exigences spécifiques de la société industrielle. Développant une pensée et une méthode de penser sur la ville, l’urbanisme se présente comme la science de l’organisation spatiale et comporte une double face théorique et appliquée. C’est l’art d’aménager et d’organiser les agglomérations urbaines et, de façon plus précise, l’art de disposer l’espace urbain ou rural (bâtiments d’habitation, de travail, de loisirs, réseaux de circulation et d’échanges) pour obtenir son meilleur fonctionnement et améliorer les rapports sociaux. Cette discipline s’est progressivement imposée dans le monde entier. L’urbanisme comprend l’ensemble des règles relatives à l’intervention des personnes publiques dans l’utilisation des sols et l’organisation de l’espace. Il définit la disposition matérielle des structures urbaines en fonction des critères de l’architecture et de la construction. Vers le milieu du XXe siècle, l’urbanisme s’est élargi pour faire place à une réflexion sur l’environnement économique et social des sociétés. Il s’est développé selon deux grands courants issus des utopies du XIXe siècle : l’urbanisme progressiste, dont les valeurs sont le progrès social et technique, l’efficacité et l’hygiène, élabore un modèle d’espace classé, standardisé et éclaté ; l’urbanisme culturaliste, dont les valeurs sont, à l’opposé, la richesse des relations humaines et la permanence des traditions culturelles, élabore un modèle spatial circonscrit, clos et différencié. Les éléments caractéristiques de l’urbanisme moderne sont les plans généraux d’urbanisme, qui résument les objectifs et les limites de l’aménagement des sols ; les contrôles du zonage et des subdivisions, qui spécifient l’utilisation autorisée des sols, les densités, les conditions requises pour les rues, les services publics et les autres aménagements ; les plans de la circulation et des transports en commun, les stratégies de revitalisation économique des zones urbaines et rurales en crise ; les stratégies de soutien des groupes sociaux défavorisés et les principes de protection de l’environnement et de préservation des ressources rares.
    En tant que tissu de l’organisation humaine, la ville est aujourd’hui un système complexe. À un premier niveau, l’urbanisme concerne l’aménagement des quartiers selon des critères esthétiques et fonctionnels et la création des services publics indispensables. À un second niveau, il concerne le milieu socioculturel, l’éducation, le travail et les aspirations des résidents, le fonctionnement général du système économique auquel ils appartiennent, la position qu’ils occupent dans ce système et leur capacité à prendre ou à influencer les décisions politiques qui affectent leur vie quotidienne.
    2 /Histoire de l’urbanisme
    Les fouilles archéologiques ont révélé des traces d’urbanisme intentionnel dans les cités anciennes : disposition de l’habitat en structures rectangulaires régulières et emplacement bien en vue des bâtiments publics et religieux en bordure des rues principales.
    2.1/Le pré urbanisme en Grèce et à Rome
    L’importance de la planification s’intensifia durant les époques grecque et romaine. L’architecte grec Hippodamos de Milet conçut les plans d’importantes villes grecques, comme Priène et Le Pirée (échiquiers orthogonaux), accentuant la disposition géométrique des villes. Les citadelles religieuses et administratives étaient orientées de façon à donner une impression d’équilibre esthétique : les acropoles étaient bâties sur les hauteurs, tandis que les agoras étaient déployées dans la plaine, les monuments se découpant contre le ciel sans risque de se superposer. Les rues étaient disposées en damier et l’habitat intégré aux installations culturelles, commerciales et militaires.
    Les Romains accentuèrent cette organisation réfléchie de l’espace public : les plans de leurs temples, portiques, gymnases, thermes et forums sont autant d’exemples de constructions qui tiennent rigoureusement compte de la symétrie. Leurs cités coloniales, conçues comme des camps militaires appelés « castra », possédaient de grandes avenues et un quadrillage de rues entourées de murs d’enceinte rectangulaires ou carrés, canalisant ainsi la vision de la ville. Après la chute de l’Empire romain, les villes déclinèrent en population et en importance. Du Ve au XIVe siècle apr. J.-C., l’Europe médiévale disposa ses villes autour des châteaux, des places fortes, des églises et des monastères, dont le tracé ne correspondait à aucun plan.
    2.2/L’urbanisme en Asie
    La Chine et les régions incluses dans sa sphère d’influence développèrent une haute culture urbaine, le gouvernement central chinois utilisant les villes comme une arme administrative. Le style d’urbanisme fut déterminé par Chang ‘an (aujourd’hui Xi'an), capitale des dynasties Han et Tang. Dès la fin du VIe siècle, elle était disposée en damier et entourée par un mur de terre battue d’une circonférence de 36,7 km avec de larges avenues (jusqu’à 155 m) allant du nord au sud et d’est en ouest. Ce plan fut repris pour les villes de nombreux autres pays influencés par la Chine, notamment pour la capitale impériale japonaise Heiankyo (aujourd’hui Kyoto), fondée en 794 apr. J.-C. Le développement du commerce et d’une économie monétaire en Chine sous la dynastie Song favorisa l’essor des cités qui, pour la plupart, s’efforcèrent de reprendre le même plan. D’autres pays d’Asie orientale (le Tibet, l’ancien empire Mongol) se sont inspirés du modèle chinois tout en le modifiant afin de corriger sa trop grande rigidité.

      الوقت/التاريخ الآن هو الأربعاء نوفمبر 22, 2017 1:00 pm