ساحة لدعم الأعمال الموجّهة لطلاب التاريخ /جامعة منتوري/ قسنطينة

تجدون في المنتدى وثائق تاريخية مهمة للباحثين ومن كان في حاجة الى وثائق او مصادر او مراجع عليه ان يشعرنا بذلك وان يسجل طلبه هنا في المنتدى
هامّ : لقد قمنا بإصلاح الخلل وأزلنا الحجب، تستطيعون الدخول بأمان، مرحبا بالجميع
أعزائي الطلبة/ يمكنكم الاطلاع على نتائجكم النهائية + بطاقة التقييم وتحميلها .... ماعليكم إلا الذهاب إلى صفحة النتائج أدناه
بحلول السنة الجديدة 2016 نتمنى لطلبتنا عاما سعيدا مليئا بالجدّ والنشاط ... تتحقق فيه طموحاتهم وتكلّل بالنجاح أعمالهم

    Massinissa, Syphax et le destin de la Numidie

    شاطر
    avatar
    Admin
    Admin

    المساهمات : 397
    تاريخ التسجيل : 18/11/2009

    Massinissa, Syphax et le destin de la Numidie

    مُساهمة من طرف Admin في الثلاثاء أبريل 17, 2012 3:54 pm

    Massinissa, Syphax et le destin de la Numidie

    le 14.04.12 | 10h00 6 réactions



    Un documentaire consacré au grand roi numide, Syphax, diffusé récemment par Canal Algérie, me donne l’opportunité de revenir sur une séquence exceptionnelle de l’histoire antique de l’Algérie.


    Je précise de suite que j’ai beaucoup apprécié l’objectif des réalisateurs, à savoir réhabiliter la mémoire du grand Aguellid, Syphax. Il faut bien dire, en effet, que pour tous les Algériens qui s’intéressent au lointain passé de notre pays, la légende de Massinissa, fondateur de la Numidie, éclipse tous ses contemporains, dont son voisin et rival Syphax.

    A telle enseigne qu’il n’est pas rare, encore de nos jours, que des parents prénomment leurs enfants mâles «Massinissa», comme en témoigne le drame vécu par la Kabylie, et nous tous avec, lors de la tragique mort du jeune ... Massinissa ! Si donc l’entreprise de réhabilitation de Syphax est des plus louables, je pense que la question essentielle que nous devous néanmoins nous poser est de savoir pourquoi Massinissa et Syphax, tous deux fins connaisseurs des forces qui agitaient à l’époque le bassin méditerranéen, s’étaient-ils alliés à des puissances rivales, qui n’allaient pas tarder à s’affronter, au lieu de transcender leur volonté de puissance et d’observer au moins une neutralité à leur égard. Pour tenter d’apporter quelques éléments de réponse à cette question - qui ne peuvent être que provisoires -, rappelons que le sort de toute l’Afrique du Nord s’est joué lors de la deuxième guerre punique (-218 ... -201), qui opposa Rome à Carthage, d’abord en Italie et en Espagne, puis en Afrique même.

    Rappelons également qu’il existait, à l’époque, deux Etats numides : la Massylie (de Cirta, près de Carthage), sur laquelle régna Gaia, père de Massinissa, de -240 ( ?) à -206, et la Massaessylie (de la Moulouya près de Cirta) de Syphax (220 ... -203), royaume plus étendu, riche et puissant. A la demande d’Amilcar, le grand chef militaire carthaginois et père de l’illustre Hannibal, Gaia accepta d’envoyer en Ibérie (Espagne) sa célèbre cavalerie, commandée par son fils Massinissa. Le double objectif visé par cette décision était, en combattant aux côtés des Carthaginois, de se protéger de leurs incessantes attaques et de celles de Syphax et de s’assurer aussi d’une aide multiforme promise par la grande cité punique. Après les premières défaites des légions romaines, avec la mort au combat du père et de l’oncle de Scipion l’Africain, celui-ci fut envoyé par Rome en Espagne à la tête des redoutables Légions.

    De fait, Scipion arriva à battre assez rapidement l’armée carthaginoise et la cavalerie de Massinissa. C’était en -206, trois ans après la prise de Carthagène. C’est alors que les grandes manœuvres diplomatiques allaient se déployer et que le sort des deux Etats numides et même celui de l’Afrique, de la Méditerranée et de l’Europe, allaient se jouer, Rome et Carthage cherchant de nouvelles alliances, qui ne devaient naturellement et obligatoirement se faire qu’avec les rois numides. Et c’est ainsi que la Cité punique, craignant de voir Rome transférer le théâtre des opérations militaires en Afrique - imitant ainsi la stratégie d’Hanibal, avec sa légendaire traversée des Alpes pour affronter les Romains chez eux -, voulait à tout prix signer un pacte d’alliance avec le puissant Syphax. Massinissa, jugé dangereux, devait, lui, être éliminé physiquement par Carthage. Et, selon une légende - qui a surestimé les capacités d’influence de la princesse punique, Sophonisbe -, Carthage imposa au général-juge, Asdrubal, de marier sa fille, déjà fiancée à Massinissa, au vieux roi massaessyle.••

    Quant à Scipion, il voulait absolument éviter justement tout pacte d’alliance entre Carthage et les royaumes numides. Aussi, après sa victoire décisive sur la coalition punico-numide en -206, il tenta d’abord de convaincre Massinissa, en Ibérie même, de signer un traité d’alliance avec Rome, ce que le prince numide ne pouvait légalement faire, venant seulement en 3e position sur la liste des ayants-droit à la succession au trône. Cette rencontre eut lieu avant et non après l’échec de celle de Syphax et de Scipion à Siga, la capitale du royaume masaesyle -, et ne donna donc lieu à aucune alliance entre le général romain et le prince massyle. En -206, alors qu’il était encore en Espagne, Massinissa apprit le décès de son père, rapidement suivi de celui de ses deux successeurs, ce qui l’amena à rentrer à Cirta. Sous la pression de Carthage, Syphax chassa Massinissa du royaume qui lui revenait désormais de droit, et l’annexa. Défait, Massinissa prit la fuite et fut donné pour mort par ses poursuivants, n’étant en fait bien vivant, mais blessé. Avant toutes ces péripéties, il y eut la fameuse rencontre de Siga.

    Elle était à la fois voulue par Carthage, qui n’hésita pas pour y réussir à sacrifier la belle Sophonisbe, et vivement recherchée par Syphax, qui voulait jouer le rôle d’artisan de la paix entre les deux grandes puissances ennemies et de celui qui cherchait à bloquer l’ascension de Rome, désormais considérée comme une puissance autrement plus dangereuses pour les Numides que ne pouvait l’être Carthage, et par Scipion, pour les raisons déjà mentionnées. La rencontre de Siga se solda par un échec pour Scipion et Syphax, ce dernier devant se contenter d’une alliance avec Carthage et du... mariage avec Sophonisbe. Pendant que Massinissa reconstituait une importante armée de fidèles, Scipion retourna à Rome, auréolé de ses victoires en Ibérie et fut chargé de préparer le débarquement de ses Légions en Afrique. Et c’est ainsi qu’en -204, le général romain débarqua près d’Utique et incendia les camps des Carthaginois et de Syphax. Ce dernier voulait stopper là la confrontation avec l’armée romaine, mais Asdrubal réussit à l’en dissuader, arguant de l’arrivée de renforts d’Ibérie. Diverses versions ont été avancées par les auteurs anciens pour expliquer des alliances contre nature tentées par les adversaires du jour : proposition de Scipion à Syphax, de celui-ci à celui-là, de Massinissa, désormais luttant à visage découvert, à Syphax, puis à Scipion, de ce dernier au roi déchu de Massylie, lui promettant la restitution de son royaume après leur victoire ... Quoi qu’il en soit, la guerre s’engagea entre Scipion-Massinissa et Asdrubl-Syphax.

    Ce fut la Bataille des Grandes Plaines de -203, qui se solda par la victoire du général romain et du fils de Gaia. Syphax est fait prisonnier. Transféré à Rome, il y décéda en -202. Carthage signe un traité de paix des plus désavantageux. Mais l’arrivée d’Italie d’Hannibal lui fait reprendre espoir et une nouvelle confrontation eut lieu : ce fut l’historique Bataille de Zama de -202, qui s’acheva par la défaite du général carthaginois et de son allié Vermina, fils de Syphax. Carthage signa alors, en -201, un traité des plus humiliants, qui permit à Massinissa de faire une entrée triomphale à Cirta. Comme convenu, il récupéra le royaume de ses ancêtres, et plus encore celui de Syphax et les territoires massyles que Carthage avait annexés par la force. Telles sont les données de l’Histoire que j’ai recueillies lors de la consultation d’une quarantaine d’ouvrages et de la projection d’un documentaire par la chaîne Toute l’Histoire, consacrés à cette séquence historique, pour la préparation de mon ouvrage La Saga des Rois Numides- Entre Carthage et Rome.

    Quels enseignements peut-on en tirer ? Question de la plus haute importance, dont la réponse ne saurait être univoque. En effet :
    -1. La destruction de l’Etat numide par Rome, près d’un siècle et demi après sa fondation, était-elle contenue dans les conditions mêmes de sa naissance avec, pour la première fois, l’intervention de Rome en terre africaine et la chute de Carthage ?
    -2. Massinissa était-il obligé de s’allier à Rome, et Syphax à Carthage ?
    -3. Qu’est-ce qui a empêché les deux grands Aguellids de conclure une «Neutralité positive» lors de la 2e Guerre punique ? A l’Ouest, Syphax a régné sur le tout puissant et riche Etat numide de Massaessylie, de -220 à -203, et Massinissa sur celui de l’Est, de -201 à -148. Ces deux grands Rois - et encore moins leurs prédécesseurs - n’ont malheureusement pas réussi l’intégration de leurs turbulentes tribus pour en faire l’embryon d’une Nation, à l’instar des Pharaons d’Egypte, des Romains, des rois de France, des Prussiens... Il est plus que probable qu’une nation bien constituée, non seulement aurait mieux résisté aux entreprises de Rome, mais aurait pu, peut-être, empêcher son implantation en Afrique. Certains pensent que Massinissa a commis une grave erreur de stratégie politique en s’alliant à Rome contre Carthage et Syphax. Mais lui en a-t-on laissé le choix ? Rappelons à ce sujet certains faits historiques bien établis :
    -1/ Afin de se prémunir de ses voisins, qui grignotaient sans cesse ses territoires, Gaïa a aidé Carthage par deux fois, en envoyant sa cavalerie - en -240, pour l’aider à venir à bout de la révolte des mercenaires, au lendemain de sa défaite lors de la 1re Guerre punique, - en Ibérie, pendant la 2e Guerre punique, sous la conduite de Massinissa, pour combattre les Romains.
    -2/ Comment Carthage et son futur allié, Syphax, ont-ils récompensé Massinissa, le nouveau roi légitime de la Massylie, après la mort de Gaya et de ses successeurs, Isalcas et Capussa, quand il retourna à Cirta, alors qu’il guerroyait en Ibérie contre
    Rome ? - par l’annexion de son royaume par Syphax, sous la pression de Carthage, dont il fut chassé et réduit au sort de fugitif, donné d’ailleurs pour mort, - et la signature d’un pacte d’alliance entre Carthage et Syphax, après l’échec de la rencontre de Siga.

    Devant une telle situation, lorsque la 2e Guerre punique éclata et que Scipion débarqua en Afrique, que pouvait faire Massinissa, le proscrit qui, guéri de ses blessures, avait néanmoins réussi, grâce à son génie, à reconstituer une armée de plus de 20 000 cavaliers ? Contracter une alliance, toute conjoncturelle, avec la seule puissance qui pouvait lui garantir, en cas de victoire, la restitution de son
    royaume : Rome. Alors, - réhabiliter Syphax, le tout puissant roi massaessyle ? Oui, mille fois et sans hésitation, et notre jeunesse doit être fière de ce grand roi - le considérer comme celui qui annonça la résistance à l’occupation romaine ? Oui, également, mais sans que cela sous-entende que Massinissa a été l’allié inconditionnel de Rome, ni que Syphax un chaud partisan d’une confrontation armée avec la même puissance, ce qui amena Carthage, devant les hésitations du vieux roi et pour lui forcer la main, à imposer au suffète Asdrubal le légendaire mariage de la belle Sophonisbe, déjà fiancée à Massinissa...

    Messaoud Djennas. Professeur honoraire

      الوقت/التاريخ الآن هو الأربعاء نوفمبر 22, 2017 1:02 pm